Gilles et Véronique Bathilde
Thérapies holistiques à Noisy-Rudignon

DECONFINEMENT ET RESPONSABILITE INDIVIDUELLE

Très prochainement nous retrouverons une partie de notre liberté en sortant de chez nous sans devoir fournir une attestation de sortie.

Pour autant, nos droits resteront limités avec impossibilité par exemple de nous rendre à plus de 100 Kms de notre domicile afin d’éviter des mouvements de population trop importants, susceptibles de propager l’épidémie.

Le nombre de restrictions demeurera important : nous ne retrouverons pas immédiatement notre vie d’avant.

Le gouvernement insiste énormément sur notre responsabilité individuelle dans la propagation de l’épidémie.

Cette situation est une fois de plus révélatrice du fait que nous sommes tous en lien les uns avec les autres et co-responsables les uns des autres.

Prenons quelques exemples :

Si nous sommes malades, nous aurons le choix de rester confinés à domicile ou à l’hôtel. Notre choix individuel aura des répercutions probable autour de nous ; si je vis seul je n’impacte personne d’autre que moi-même ; mais si je vis en famille et décide de rentrer à mon domicile (parce-que cela m’ennuie d’aller à l’hôtel tout seul sans voir personne) je prends le risque de contaminer ma famille. Qu’est-ce qui est alors le plus important ? Mon confort ? La santé de ma famille ?

Suivant les individus la réponse sera différente. Mais on voit bien là l’impact d’une décision individuelle sur son entourage. Et dans le cas présent cela ne s’arrête pas là : si je contamine ma famille, peut-être qu’une des personnes qui m’est proche peut tomber très gravement malade. Peut-être qu’elle devra aller sous respirateur artificiel, être plongée dans le coma. Peut-être même qu’elle va mourir… Et par ma décision individuelle j’en serai responsable…Parfois rester chez soi sera la seule solution pour des raisons, non de confort, mais parce-que personne d’autre ne pourra garder les enfants. Mais parfois il s’agira juste de choisir entre son confort personnel ou pas.

 

2nd exemple : si je travaille et que je ne porte pas un masque (puisqu’à priori le port du masque sera juste recommandé sauf décision de l’employeur) je risque d’être contaminé en rencontrant une personne malade et en commettant l’erreur d’oublier un instant l’épidémie (en me rapprochant physiquement de cette personne) ce qui est vite fait quand on est concentré sur son travail. Mais je risque aussi de contaminer mes collègues parce que je n’ai aucun symptôme mais suis porteur du virus. Là encore nous sommes tous responsables par nos actes individuels des conséquences sur notre entourage.

Le cas se présente également pour port du masque inadapté. Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a été beaucoup raillée en mars dernier pour avoir déclaré qu’elle-même ne saurait pas porter un masque. En dehors de toute polémique concernant le fait, maintenant établi, qu’il y avait une telle pénurie de masques qu’il fallait les réserver au soignants (ce que le gouvernement n’a jamais eu l’honnêteté de reconnaitre) je dois admettre qu’elle avait raison. Je le constate à chaque reportage télé montrant des personnes dans la rue ou au travail équipés de masques portés…sur le menton. Et à chaque fois que je sors faire mes courses je constate que le personnel qui travaille dans ma grande surface habituelle est maintenant équipé ; pour autant soit certains ne les portent pas (décision personnelle) soit les portent…sur le menton ! Donc visiblement porter un masque s’apprend ; ou alors certains ont décidé que cet objet les gênait et qu’ils n’en feraient pas cas.

Personnellement j’ai décidé en tant que cliente qui ne veut pas risquer la contamination d’en faire systématiquement la remarque, et tant pis si je passe pour la casse-pieds de service et que ma remarque déplait. Car dans le même temps les employés d’Amazon se plaignent de leur côté de non-respect de leur santé au sein de l’entreprise faute de masque et gel en quantité suffisante. J’ai décidé d’exprimer à ceux qui ne respectent pas les règles sanitaires de leur faire comprendre que cela me gêne de risquer d’être contaminée. J’espère ainsi les faire réfléchir et changer d’attitude.

Si je porte mon masque sur le menton et que le virus se dépose dessus, je suis certain de l’inspirer, donc de peut-être tomber malade, à minima de contaminer mon entourage…

Si une personne ne s’aime pas suffisamment pour éviter les comportements à risque c’est son droit. En temps normal. Mais là son comportement peut avoir des répercutions sur ma santé, celle de mes proches, et à minima sur la santé du personnel soignant qui devra traiter cette personne ou ceux qu’elle aura contaminé !

Nous sommes tous en liens…

Chaque décision, chaque acte, chaque geste que nous ferons dans les prochains mois pourra avoir un impact sur moi mais aussi sur chaque personne que je vais rencontrer. Donc finalement sur tous les êtres humains.

Je suis responsable pour moi mais aussi pour tous les autres.

Alors, comme le colibri qui prend une goutte d’eau dans son petit bec pour éteindre l’incendie qui ravage sa forêt, je prends ma part et je porte mon masque du mieux que je le peux, même s’il me casse les pieds ; je fais attention de rester à distance des autres dans les magasins pour ne pas risquer de les contaminer si, à tout hasard, je suis porteur sain et l’ignore, et cela même si ça me casse les pieds….Je me lave les mains ou mets du gel hydroalcoolique au moindre doute. Bref je fais attention pour moi et pour tous les autres. Et quand parfois je pars en courses et que j’ai une furieuse envie de faire quelques kilomètres de plus pour voir mon petit-fils qui me manque, je réfrène ma pulsion et je vais uniquement faire mes courses.

Parce que tout ce qui peut stopper rapidement ce virus fera qu’on retrouvera plus vite notre vie d’avant !

Je vous invite à réfléchir au petit colibri …Puisque nous devrons vivre avec pendant encore de longs mois.

Belle journée à vous.

Véronique Bathilde


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.